La valeur n’attend pas le nombre des années...

Les rois-dragons

vendredi 10 février 2012, par Lixou, Silence

Avec deux tomes de sortis, cette série écrite par Stephen Deas connaît un certain succès Outre-Atlantique. Son synopsis n’est d’ailleurs pas sans rappeler le style du Trône de fer.

L’histoire : Jadis, la race des hommes faillit bien disparaître sous les crocs des dragons, mais ils découvrirent un procédé alchimique par lequel ils soumirent leurs prédateurs. Les terribles créatures servent aujourd’hui de montures aux chevaliers et de monnaie d’échange entre les grandes maisons aristocratiques.

Les Royaumes ont prospéré, attirant bien des convoitises, comme celle de cet homme qui rêve de les diriger tous. Un homme prêt à empoisonner des rois et des reines. Un homme prêt à assassiner sa maîtresse et à coucher avec la fille de cette dernière.

Mais des flammes vont lui barrer la route du pouvoir. Un dragon s’est échappé, et il a retrouvé ses pleines capacités intellectuelles ainsi que toute sa fureur... À lui tout seul, il pourrait bien mettre la race des hommes à genoux. Et il n’est pas seul...

Critique : Pour ma part, je dirais que j’ai passé un moment plutôt agréable en lisant ce livre. L’histoire de départ est assez originale et innovante. Cependant le début est un peu long, et l’action ne devient accrochante qu’à partir du milieu du roman. Les intrigues politiques subissent le même traitement et ne prennent forme qu’à la fin.

Ce cycle a donc un gros potentiel, mais qui reste en partie inexploité. Pourtant j’ai beaucoup apprécié les dragons et leur histoire. En bref, je dirais pas mal, reste à voir le second tome qui vient de sortir.

Note : 7/10

Critique de Lixou :

A la base, ce roman avait tout pour me plaire : monde original, intrigues politiques tordues, personnages passionnants qui méritent à eux seuls le détour, et en plus, des dragons ! Néanmoins, ce cadre accrocheur a été gâché, pour ma part, par une lenteur trop appuyée au début, et une fin trop rapide. Des évènements cruciaux sont traités en deux pages, alors que d’autres, secondaires, sont approfondis en plusieurs chapitre. Le système de narration par point de vue, bien mené dans les premiers chapitres du livres, s’embrouille un peu sur la fin. Néanmoins, certaines charmantes personnes qui peuplent ce livre et l’originalité des dragons valent la lecture ! Je mettrais la même note que Silence.


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)
  • [Se connecter]